On avait 18 ans et on vivait notre premier road trip…

28 juin – 12 juillet 2008

C’était en juin 2008. J’avais 18 ans et demi, je venais de finir avec soulagement ma première année de classe prépa, tant bien que mal. Après ces mois de travail intense et ingrat, nous avions décidé avec les copines de nous offrir des vacances spontanées et bien méritées. Avec notre petit budget d’étudiantes, nos têtes brûlées, notre soif d’aventures et de beaux paysages, c’était tout vu : nous partirions faire un road trip en Irlande du sud ! Ma toute première expérience de road trip entre amies à l’étranger. Je ne savais pas encore que j’allais tomber amoureuse de ce mode de voyage. Un mix entre campings, auberges de jeunesse, tente chez l’habitant. Une belle découverte de ce magnifique pays, riche d’histoire et de traditions, très vert, rempli d’eau et de moutons c’est vrai, mais aussi de personnes si généreuses, chaleureuses et accueillantes. Je conseille à tous d’aller explorer ce pays par les routes, plutôt en été, assez longtemps pour pouvoir goûter au soleil et à la pluie, les deux y ont leur charme!

Je vous raconte notre voyage sous forme de journal de bord imagé, un mix entre mes souvenirs et le petit carnet dans lequel j’écrivais quotidiennement, pour vous partager nos belles photos de l’Irlande.

Samedi 28 juin :après quelques essais de montage de la tente dans le jardin, c’est le jour du grand départ, à Poitiers, ce samedi 28 juin. Un passage à la pompe, le tour des apparts’ et c’est parti ! Nous sommes 5 amies entassées dans la clio campus, Chloé, Emeline, Audrey, Sophie et moi. Direction Janzé (Ile-et-Vilaine), avec un stop chez mes grands-parents qui nous donnent de généreux pique-niques.

Nous continuons de rouler vers Roscoff, sur la côte nord bretonne, où nous attend le ferry, pour un embarquement à 18h. Nous rencontrons sur le bateau un couple d’irlandais adorable, ce qui donne déjà une très bonne première impression sur les irlandais. Ils nous donnent gentiment leur adresse et nous proposent de passer chez eux pendant notre voyage.

Dimanche 29 juin: après une nuit assez horrible dans le ferry à dormir par terre, nous débarquons au matin à Rosslare Harbour, au sud-est de l’Irlande, entre Cork et Dublin. Nous partons en direction de Wexford, Chloé notre conductrice apprend à rouler à gauche, avec quelques petites frayeurs au début. Nous nous arrêtons à Blackwater pour une promenade sur la plage, et nous prenons une énorme averse sur la tronche. Nous sommes trempées (séchage système D), mais le soleil réapparaît aussi sec. Nous comprenons qu’effectivement la météo semble très lunatique ici.

Nous passons ensuite le long de la côte par Cortown, puis dans les terres par Glendalough, dans le Wicklow mountains national park. Nous nous y arrêtons pour une balade autour de deux lacs.

Nous roulons ensuite jusqu’à Dublin, notre premier objectif. Nous arrivons au centre-ville, petite balade, nous repérons les lieux et notre auberge de jeunesse, l’Isaacs Hostel. Une bonne nuit de sommeil nous attend enfin !

Lundi 30 juin: nous visitons le centre de Dublin, les parcs (notamment St Stephen’s Green), le Trinity College, l’ancienne chambre des lords, Grafton street, le cimetière de Glasnevin, et passons la soirée à savourer de la bonne bière, dans un pub du célèbre quartier Temple bar, avec de la bonne musique irlandaise traditionnelle. L’atmosphère de cette ville chaleureuse nous plaît beaucoup, on s’y sent très bien.

Mardi 1er juillet: nous visitons le très intéressant musée de l’archéologie et partons pour une balade à Howth, une petite péninsule au nord de Dublin, pour admirer les falaises et les phoques. Nous roulons ensuite vers le Nord juqu’à Drogheda et visitons encore un cimetière (oui beaucoup de cimetières se visitent en Irlande et sont assez mystiques) à Monastereboice, avec ses belles croix celtiques.

Vient alors le moment de penser à l’endroit où nous allions dormir, car à partir de ce jour-là, le vrai road trip commençait, nous étions en mode day by day, à nous débrouiller pour trouver un endroit où planter notre tente le soir et à compter sur la gentillesse des irlandais. Après quelques essais de maisons, un monsieur nous ouvre la porte, et nous accorde très gentiment de planter notre tente dans son jardin pour la nuit. Nous rencontrons toute la famille, la femme, les deux enfants, le chien, et cuisinons chez eux. Ils sont adorables ! De plus en plus conquises par les irlandais.

Mercredi 2 juillet: nous partons le matin, d’abord à Drogheda puis à Newgrange, un site préhistorique que nous visitons. La pluie nous accompagne. Nous roulons ensuite un peu vers l’Ouest jusqu’au château de Trim, connu pour avoir été l’un des lieux de tournage du film Braveheart, où nous participons à une visite guidée.

A l’Ouest, nous atteignons ensuite Castlebar, puis Westport sur la côte, dans le comté de Mayo. C’est une très jolie petite ville, pleine de couleurs, avec une architecture particulière. Nous remontons ensuite la côte vers le Nord et nous baladons entre Westport et Newport, les paysages sont magnifiques, entre verdure, lacs, bateaux et petites maisons. Nous sommes sous le charme.

Proche de Westport, nous repérons une petite plage à côté d’un grand lac, au milieu des moutons, où nous décidons de planter la tente et passer la nuit. Je me rappelle beaucoup de cette belle nuit, seules dans la nature, où nous avons partagé un repas à base d’Ebly et de sandwich jambon-fromage-ketchup ^^

Jeudi 3 juillet: le matin nous tentons une petite baignade dans le lac, l’eau est gelée bien sûr, mais nous apprécions de pouvoir nous laver un peu. Nous partons vers Achill island, une petite île à l’Ouest de Newport, très charmante, verte et remplie de moutons, avec une eau d’un bleu magnifique. Une très belle balade, à ne pas manquer.

Nous roulons ensuite jusqu’à la très connue Croagh Patrick, montagne sacrée, lieu de légende du fameux Saint Patrick. [Petit aparté pour la légende : en 441, Saint Patrick, chargé alors d’évangéliser l’Irlande, aurait procédé à l’ascension de cette montagne effrayante en forme de volcan. Ayant atteint le sommet, il y aurait jeûné pendant 40 jours, période durant laquelle il y aurait construit une petite église. Du haut de la montagne, il aurait jeté une cloche dans le précipice, qui aurait dans sa chute dessiné la vallée en contrebas et aurait chassé tous les serpents. Son acte héroïque aurait permis de chasser tout le mal du pays et de convertir l’Irlande au christianisme. Cette légende amène de nombreux pèlerins tous les ans, qui procèdent à l’ascension de la montagne pour honorer St Patrick.]

Nous avons donc commencé la montée vers le sommet à 763 m. C’était bien, la vue d’en haut était très belle, sauf que ma cheville m’a fait beaucoup souffrir (j’ai eu la merveilleuse idée de me faire une belle entorse quelques semaines avant de partir) et j’ai dû finir la descente sur le dos d’Emeline, tellement je ne pouvais plus marcher.

Après 5h de souffrance, nous trouvons un joli petit camping au pied du St Patrick croagh, le gérant est très sympa et parle français. Il me donne de la glace pour ma cheville. Nous préparons le repas, d’autres touristes nous donnent gentiment de leur viande grillée au barbecue.

Vendredi 4 juillet: le lendemain, ma cheville va un peu mieux, nous profitons de la douche et partons, direction le fameux Connemara et ses lacs. Après une petite balade sur la côte et un arrêt à Ballyconneely, nous arrivons dans les plaines du Connemara, pour une belle balade. Nous sommes entourées de lacs, de tas de tourbe, et admirons les montagnes au loin. C’est venté, mais superbe.

Nous avons même l’occasion de sauver un mouton coincé dans des fils barbelés.

Après avoir fait quelques courses, nous cherchons un endroit pour la nuit, près de Rossaveel. Nous essayons de camper dans un champ, mais il pleut, c’est marécageux, trempé, impossible. Nous optons donc pour le porte à porte, et après plusieurs échecs, un petit couple de personnes âgées nous dit oui. Nous installons la tente dans leur jardin et cuisinons chez eux. Nous adorons ces moments chaleureux de partage. La nuit est humide.

Samedi 5 juillet: nous partons prendre un ferry pour nous rendre sur l’une des îles d’Aran, un petit archipel de trois îles très authentiques, réputé notamment pour ses vestiges préhistoriques. Une belle balade entre campagne, murets et falaises. Mais sous la pluie..!

De retour sur le continent, nous reprenons la route pour Galway et y passer la nuit. Nous débarquons dans le quartier Latin de la ville, il y a beaucoup de musique traditionnelle dans les rues, c’est festif. Mais cette ville nous aura finalement laissé une impression très mitigée. Il aurait fallu y rester plusieurs jours peut-être pour l’apprécier, je n’ai même pas de photo.

Dimanche 6 juillet: après la nuit passée dans un camping, nous roulons vers le sud et nous arrêtons à Poulnabrone, pour y voir le célèbre dolmen en forme de table, puis rejoignons la côte à Black Head, au phare pour une superbe vue.

Nous descendons la route vers le sud et atteignons les « Cliffs of Moher », site de la côte Ouest irlandaise très touristique. Il y a beaucoup de monde, le soleil n’est pas au rendez-vous, mais les falaises sont magnifiques, la balade presque au bord du vide est impressionnante et vaut bien le détour ! Nous reprenons ensuite la route vers le sud pendant de longues heures, jusqu’à Tralee. Nous sonnons à plusieurs maisons pour la nuit, pas de réponses, jusqu’à ce que l’on rencontre un fermier qui nous prête un de ses champs. Il y a beaucoup de vent, nous galérons à monter la tente.

Lundi 7 juillet: nous nous réveillons le lendemain matin à côté des vaches, aussi surprises que nous. Après un dernier merci au fermier, nous nous dirigeons vers la péninsule de Dingle, ses belles plages et ses falaises, pour une belle promenade. Nous rencontrons un vieux fermier, une famille française, beaucoup de moutons et apercevons même des dauphins depuis la plage. L’un des coins les plus sublimes de la côte. Nous passons la nuit en camping.

Mardi 8 juillet: nous continuons la route vers le sud, sur la péninsule de Beara. Après quelques balades hasardeuses, nous repérons la petite ville d’Eyereis, très mignonne avec ses petites maisons multicolores.

Nous entamons depuis cette ville une randonnée le long de la côte, qui se révélera superbe, sous un beau soleil en prime ! Ça change. Nous reprenons la route et traversons le très beau parc national de Killarney, et arrivons à la forêt de Glengarrif. Nous faisons le tour de quelques maisons, et arrivons à l’une d’entre elles où un vieil homme nous ouvre la porte, on lui explique notre situation et lui demande poliment de l’aide pour trouver un endroit, il nous répond alors en criant : « You camp right there ! » avec une tête effrayante. On s’est carapatées à toute vitesse et je crois que ni Sophie, ni moi, n’oublierons cet épisode ! Nous trouvons finalement un champs grâce à une gentille famille, dans lequel nous plantons la tente… Sous la pluie.

Mercredi 9 juillet: après une nuit difficile, la journée s’annonce tout aussi pluvieuse. Nous roulons vers le sud-ouest et la péninsule de Sheep’s head. S’ensuit alors la rando la plus difficile, mouillée et galère du séjour, on a même dû finir par demander de l’aide pour retrouver notre voiture. C’est complètement trempées que nous reprenons la route et arrivons dans la ville de Cork, avec le soulagement de passer la nuit au chaud et au sec en auberge de jeunesse. La Guiness du soir aura été la récompense de la journée !

Jeudi 10 juillet: la journée est consacrée en grande partie à la visite du centre de Cork, et un peu de shopping. Nous adorons cette petite ville colorée et vivante. Nous reprenons contact avec le couple rencontré dans le ferry à Roscoff pour passer les voir comme promis à Gorey, au nord de Wexford, sur la côte Est, avant le départ. Ils nous proposent de rester pour la nuit chez eux. Nous vivons un très beau moment de partage et de générosité avec eux.

Vendredi 11 juillet: après une bonne nuit dans de vrais lits (le luxe total), ils nous préparent un super petit-déjeuner et nous offrent quelques cadeaux, des livres, magasines, dvd, etc. C’est une grande joie pour notre dernier jour sur le sol irlandais et ils nous laissent un souvenir magique de l’accueil chaleureux des irlandais, qui n’est pas un mythe. Nous partons en fin de matinée pour clôturer notre boucle, et rejoindre Rosslare pour le ferry de retour. La boucle est bouclée.

La nuit sur le bateau est moins catastrophique qu’à l’aller, nous atteignons la côte Bretonne le lendemain en milieu de matinée, ce samedi 12 juillet. Nous avalons les kilomètres pour retrouver nos chez-nous respectifs, déjà la nostalgie me gagne…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :