Apprivoiser son introversion

J’ai « découvert » mon introversion il y a environ trois ans, grâce à des lectures et notamment un blog en particulier. Par « découvert », j’entends que j’ai pu mettre enfin des mots sur ce terme et le comprendre. Avant, je me sentais souvent bizarre, inadaptée, pas comme les autres, incomprise, pas toujours à ma place… Ce qui créait souvent un malaise et une impuissance. Passé le cap du déclic et du « oooh mais voilà c’est ça en fait ! », qui ont été un grand soulagement, j’ai peu à peu approfondi le sujet, observé et compris certains comportements, adapté mes habitudes, appris à connaître les traits de ce tempérament particulier, à en tirer les forces et les faiblesses. Je suis toujours en phase de travail et approfondissement aujourd’hui, et sans doute le serai-je toute ma vie, mais en tant qu’introvertie je peux donner quelques conseils et pistes à celles et ceux qui seraient en phase de découverte, pour eux-mêmes ou peut-être un proche.

1. Qu’est-ce que l’introversion? Quelle différence avec l’extraversion ?

L’introversion provient du mot latin « introversus » qui signifie « vers l’intérieur ». Dans le dictionnaire Larousse, la définition du mot introversion est la suivante : « tendance à se replier sur soi-même (s’oppose à extraversion). »

Cette définition officielle n’est pas fausse bien sûr, mais deux termes sont un peu gênants et réducteurs : « se replier sur soi » et « s’oppose » à l’extraversion. Ils posent justement beaucoup de soucis aux introvertis et à leur « réputation » habituelle dans notre société, très portée sur l’extraversion : les introvertis sont repliés sur eux-mêmes et sont à l’opposé des extravertis. La réalité est (heureusement) beaucoup plus complexe.

Les « introvertis » représentent environ un gros tiers de la société, ils sont donc en minorité, c’est pour cette raison qu’ils ont en général plus de mal à s’intégrer et que le comportement extraverti est mis en valeur, mieux connu et mieux accepté en général. Il est donc important aujourd’hui de faire connaître ce tempérament introverti au plus grand nombre, expliquer les différences avec l’extraversion, pour le « mieux vivre » tous ensemble et l’acceptation de chacun. Les deux tempéraments ont chacun de grandes forces et sont complémentaires, il n’y en a pas un « mieux » que l’autre, mais chacun doit pouvoir cohabiter dans la société. Être introverti n’est ni une tare, ni un fardeau, comme l’on voudrait parfois nous le faire croire (et nous le croyons!).

Il convient dans un premier temps de ne pas coller seulement deux étiquettes, l’étiquette « introversion » et l’étiquette « extraversion ». Ces deux tempéraments représentent une petite partie de notre personnalité générale, et décrivent seulement deux extrêmes, avec des infinités de nuances entre chaque :

Nous sommes tous à la fois introvertis et extravertis, personne n’est 100% introverti ou 100% extraverti, seulement nous le sommes à des degrés qui peuvent être très différents d’un individu à l’autre. Pour quelqu’un qui est très proche du 50% introverti-50% extraverti, nous appellerons ce tempérament « ambiverti », la personne pourra s’adapter selon les circonstances. Pour les autres, le % est différent, nous tendons plus au moins vers l’un des extrêmes. Cela dépend des situations dans lesquelles nous nous trouvons, mais cela dépend en très grande partie de notre personnalité originelle. Nous naissons avec un tempérament plutôt introverti ou extraverti, qui nous suivra toute notre vie. Nous serons donc qualifiés d’« introvertis » si notre % d’introversion est supérieur à 50%, même « introverti extrême » s’il est proche des 80%, sachant qu’il existe une infinité de nuances. Il est juste plus pratique de considérer deux groupes équivalents aux deux tempéraments.

Afin d’expliquer la différence globale entre ces deux tempéraments, nous allons considérer ces deux groupes, les introvertis moyens et les extravertis moyens, et voir quelles tendances comportementales sont plus flagrantes dans les deux groupes :

A prendre avec des pincettes, ce sont des tendances et on ne les observe pas forcément toutes chez tout le monde.

2. Pourquoi confond-on souvent introversion et timidité ?

Maintenant que l’on a expliqué ce qu’était le tempérament introverti et ses caractéristiques comportementales, on peut s’attarder ici sur ce que N’EST PAS l’introversion.

Les introvertis sont souvent discrets, peu bavards, calmes, silencieux, ont l’air souvent peu assurés, n’aiment pas être au sein de grands groupes. Il est donc facile d’interpréter ce comportement comme de la timidité, car les comportements observés peuvent parfois se ressembler. Mais il ne faut pas confondre les deux et affirmer que les introvertis sont timides. L’introversion est un tempérament, acquis avant la naissance et faisant partie intégrante de notre personnalité, cadeau pour toute une vie. La timidité quant à elle est une tendance comportementale qui se modifie tout au long de la vie, elle est associée à de la peur, la peur des autres. Elle apparaît souvent pendant l’enfance à la suite de situations mal vécues et mal intégrées par l’enfant, dans lesquelles il s’est senti différent, rejeté par les autres, jugé, moqué, rabaissé. Il ne s’est pas senti accepté ni rassuré, et donc développé une méfiance et une peur vis-à-vis des autres, plus ou moins forte. Elle est souvent associée à des réactions physiques, de la sueur, des rougissements, les mains moites, le regard qui se baisse, etc. Le timide aura donc tendance à éviter les autres, à éviter de se faire remarquer, éviter les conflits, évité le plus possible d’être jugé, etc, ce qui peut faire penser à de l’introversion.

Les deux étant de natures et de sources différentes, il est bien entendu possible d’être introverti et de développer de la timidité, l’introversion, surtout extrême, étant un terreau plus fertile au développement de la timidité que l’extraversion. L’introverti, n’ayant pas une bonne connaissance et acceptation de soi, peut se sentir différent des autres, donc se sentir parfois rejeté, exclu, mal intégré, plus sensible au regard et jugement des autres, ce qui le rend timide dans certaines situations. Mais ce n’est pas une fatalité ! La timidité étant une peur associée dans le cerveau à des situations mal vécues et mal interprétées, il est possible comme toute peur de la travailler et de s’en débarrasser. Cela passe notamment par une meilleure connaissance de soi, une acceptation entière de soi et ses peurs, une meilleure connaissance de ses forces et ses faiblesses. Il existe des introvertis assumés pas du tout timides et des extravertis timides, dans tous les cas, s’il y a timidité c’est qu’il y a quelque chose en soi de non accepté.

3. Comment repérer les situations dans lesquelles on n’accepte pas son introversion ?

Il est très utile pour les introvertis de repérer dans les différents domaines de leur vie les situations dans lesquelles ils se forcent et n’acceptent pas leur introversion. Cela permettra de changer certaines habitudes et se réadapter, être plus authentique, plus aligné avec soi-même, arrêter de se forcer, vivre introverti sereinement.

Les introvertis, par mimétisme et pour se faire accepter/aimer, ont tendance à se forcer à paraître extravertis, et à porter un masque dans de nombreuses situations. Lorsque que l’on ne connaît pas l’introversion, que l’on se sent bizarre, différent des autres, inadapté, on a tendance à vouloir ressembler et imiter les « autres », ceux qui nous paraissent « normaux », « biens » et sûrs d’eux. On se construit une idée de la normalité, basée sur les croyances globales de la société, qui promeut l’extraversion. D’ailleurs, beaucoup de personnes donnent de mauvais conseils aux introvertis, notamment pendant les études ou en entreprise, en leur disant avec conviction de mieux s’affirmer, d’être plus social, plus bavard, plus présent, d’être sûr de soi, plus spontané, etc. En gros, d’être plus « extraverti », comme si c’était la normalité. Vouloir coller à ce modèle pour un introverti, c’est souvent se forcer, s’adapter sans cesse, vouloir changer, donc ne pas s’accepter tel que l’on est, ruminer, ressasser et souvent se « sentir nul ». C’est tellement épuisant et énergivore, que si cela dure de nombreuses années, cela peut facilement mener au surmenage, burn-out ou à la dépression.

Afin de vivre plus sereinement, les introvertis peuvent tout d’abord s’observer afin de mettre en lumière des comportements « forcés » ou d’« adaptation » dans les principaux domaines. Voici des exemples de comportements de sur-adaptation :

  • Professionnel

– Je me force à participer à toutes les conversations, comme celles de la pluie et du beau temps autour de la machine à café même si cela ne m’intéresse pas, sinon je me sens nul

– Je me force à déjeuner avec mes collègues tous les midis même si je préférerais souvent être seul pour me recharger

– Je me force à participer en réunion coûte que coûte pour avoir quelque chose à dire, me mettre en avant et sembler intéressant, même si cela me stresse beaucoup, sinon je me sens nul et inintéressant

– Lorsque l’on me pose une question inopinée, j’essaie de répondre rapidement en ayant l’air sûr de moi, alors que j’aurais eu envie de prendre le temps de la réflexion et répondre plus tard

– Si j’ai envie d’évoluer dans l’entreprise, je me force à me montrer, me mettre en avant, à faire ami-ami avec les bonnes personnes, à avoir l’air sûr de moi, même si cela me coûte beaucoup en énergie; etc

  • Relationnel/social

– J’accepte toutes les invitations que l’on me propose même si je n’ai pas envie d’y aller

– Je m’en veux beaucoup si je refuse et je me trouve nul, je ressasse

– Je me force à rester jusqu’à la fin d’une soirée alors qu’il y avait un bon moment que j’avais envie de partir, pour paraître cool et pas chiant

– Si j’ai passé un week-end tranquille à ne pas sortir et rester chez moi, j’évite soigneusement de le dire ou alors je brode pour ne pas dire la vérité et que les autres me trouvent nul

– Lors d’une rencontre en groupe, je me force à parler beaucoup même si je n’en ai pas envie et que cela me coûte beaucoup en énergie

– Je me force à entretenir des relations qui ne me semblent pas importantes; etc

  • Sentimental/rencontres

– J’essaie de beaucoup parler et en mettre plein la vue lors d’une rencontre, alors que je sens que c’est contre-nature et exagéré

– J’accepte d’être toujours avec l’autre, même si j’avais en réalité envie de passer un moment seul

– J’accepte les invitations à sortir en groupe de l’autre alors que je n’en ai pas envie

– J’accepte l’envie de l’autre d’être tout le temps pendu au téléphone, alors que je n’aime pas ça; etc

Dans ces situations, l’introverti s’adapte en se forçant à agir selon le comportement qu’il pense normal et le mieux accepté. Il ne respecte pas son tempérament et ses besoins, et consomme donc beaucoup d’énergie à « faire comme si », sans forcément s’en rendre compte. Cela se voit notamment dans le milieu professionnel, où l’introversion est encore méconnue, pas bien acceptée ni valorisée. Les introvertis qui veulent évoluer en responsabilités doivent souvent mettre beaucoup d’énergie à prouver qu’ils peuvent se mettre en avant, parler facilement en public, intervenir facilement en réunion, se montrer leader, être à l’aise en toute circonstance, parler facilement avec tout le monde, être charismatique, etc. Ils sentent bien le malaise au fond d’eux, mais essaient de ne pas le voir et continuent à penser qu’il est mieux de se forcer pour changer.

4. Quelles sont les forces des introvertis ?

Heureusement, lorsque l’on prend conscience de sa différence et de son tempérament introverti, on apprend à reconnaître et valoriser ses forces qui font notre caractère unique et à les mettre en avant. On se sent alors beaucoup plus à l’aise, serein, et cela amène les autres à nous reconnaître et nous accepter tels que nous sommes, nous prenons le droit d’être enfin nous-mêmes. On comprend qu’il est inutile de vouloir changer, de se forcer, de vouloir ressembler aux extravertis, et on peut commencer à enlever notre masque de sur-adaptation. Bien sûr il est tout de même utile de se lancer des challenges et apprendre à sortir parfois de sa zone de confort, mais tout en ayant confiance en soi et sans se renier. Il convient donc d’accepter entièrement son introversion avant de vouloir être à l’aise dans des situations que l’on souhaitait éviter ou dans lesquelles on se forçait avant.

Les principales forces que l’on reconnaît chez les introvertis sont les suivantes :

  • L’écoute attentive

Les introvertis sont généralement de très bonne écoute, ayant assez peu envie de parler, ils ont une oreille attentive à ce que dit l’autre et s’intéresse réellement et sincèrement à ce qu’on leur dit. Ce sont souvent des confidents.

  • L’empathie

L’empathie est intuitive, c’est la capacité à ressentir ce que ressent l’autre, être comme un miroir de ses émotions, mais en se distinguant bien soi de l’autre. Ce n’est ni de la pitié ni de la compassion. L’introverti s’intéressant beaucoup et sincèrement aux autres, il a plus de facilité à comprendre leurs émotions et leur point de vue, et aura donc plus de facilité à apporter une aide appropriée. C’est une qualité très importante en société, notamment dans le domaine professionnel, et on ne la met pas assez en avant.

  • Le calme et la discrétion

Dans une société bruyante qui fourmille tout le temps et est remplie de bavards, qui perdent souvent des occasions de se taire, savoir être calme en (presque) toute circonstance et discret est une très grande qualité. Les introvertis interrompent généralement moins les autres lorsqu’ils parlent, ont une parole plus efficace, et n’essaient pas de se mettre sans arrêt sur le devant de la scène. Ils laissent de la place.

  • Savoir être seul (mais pas trop)

Une des grandes caractéristiques du tempérament introverti, comme nous l’avons vu précédemment, est le besoin naturel d’être régulièrement seul et au calme pour recharger ses batteries. Les introvertis ne voient donc pas d’inconvénient à être seul, cela ne les déprimera généralement pas, ils savent le faire naturellement.

En revanche, comme tout être humain, ils ont besoin d’équilibre et de sociabilité, la solitude peut donc, si elle est trop présente, fortement les peser et amener une forme de déprime. Il ne faut pas penser que les introvertis adorent la solitude et sont des « ermites » qui aimeraient vivre seuls, c’est complètement faux. Ils adorent les autres et le contact humain. Beaucoup d’introvertis, justement par ce besoin d’être seul assez souvent, connaissent en fait « trop » de solitude dans leur vie, ce qui peut être un facteur négatif au bien-être et à l’épanouissement. Attention donc, les intro sont très sensibles à la solitude, il en faut oui mais pas trop, l’équilibre est très important pour eux et plus difficile à atteindre. Ils aiment être seuls mais n’aiment pas se sentir seuls, nuance.

  • La relation sincère

Comme l’écoute attentive, l’intérêt sincère pour les autres permet aux introvertis d’entretenir des relations vraies et authentiques, dans lesquelles ils vont pouvoir se sentir plus à l’aise et être eux-mêmes. Certes, les relations sont en conséquence moins nombreuses.

  • Les discussions profondes

Les introvertis aiment généralement parler de sujets qui les passionnent et de sujets profonds, bien plus que de simples discussions vides, de « politesse », ou mondaines, dans lesquelles ils sont beaucoup moins à l’aise. C’est pour cette raison que certains introvertis peuvent paraître froids et distants au premier abord, ou timides, alors que souvent c’est juste qu’ils n’aiment pas parler pour ne rien dire.

  • Les rencontres en petits groupes plutôt qu’en grands groupes

Peut-être que les intro ne sont pas les plus grands fêtards, à faire les fermetures de boîtes de nuit ou enchaîner les bringues et les tournées des bars, mais ils préfèrent souvent les petits comités, au calme, tranquilles, voire des têtes à têtes, dans lesquels ils se sentent à l’aise et peuvent être eux-mêmes. Boire un café tranquillement en terrasse, aller tester un resto en petit groupe, inviter chez soi seulement deux-trois personnes, etc. C’est très agréable et cela permet de varier les sorties, les extravertis sont même souvent ravis de ce genre d’invitations.

  • La concentration

Leur capacité à être à l’aise en solo dans leur « intérieur », à aimer le calme et le silence, permet aux introvertis de se concentrer facilement sur un sujet ou une tâche, souvent pendant des heures. Ils ont moins besoin de « pauses sociales ». C’est aussi une grande qualité, à mettre en avant dans le monde professionnel.

  • Observer et repérer les détails

Le câblage de leur cerveau donne aux introvertis une capacité innée à observer et remarquer des détails que ne remarqueront souvent pas les extravertis. Cette qualité est particulièrement développée chez les introvertis très sensibles. Cela amène souvent les introvertis à être perfectionnistes et rigoureux. Ils sont sensibles aux détails, notamment la communication non verbale. Combinée à leur intérêt naturel et sincère pour les autres, cette qualité amène les introvertis à viser « juste », ce qui peut par exemple être très utile dans la vente.

  • L’art de ne pas parler pour ne rien dire

Cela rejoint les qualités d’écoute attentive et de discrétion. Les introvertis aiment réfléchir avant de parler, ils ont besoin de temps pour bien cogiter et être sûr de donner des paroles sincères et bien construites, qui leur plaisent et qui « servent » à quelque chose. Peut-être que cela manque de « frioritures » pour certains ou de spontanéité, mais les intro ne sont pas câblés pour le bla-bla.

Si une question les surprend et qu’ils se sentent désarçonnés, les introvertis ne devraient pas hésiter à répondre « laisse-moi un peu de temps pour réfléchir, je reviens vers toi très bientôt ». C’est clair, souvent très bien accepté, et cela évite aux introvertis de dire quelque chose trop vite, qu’ils regretteraient et ressasseraient ensuite.

  • Une aptitude pour l’écriture

Les introvertis aiment les mots justes et efficaces, prennent le temps de réfléchir, aiment être concentrés. L’écriture apparaît donc souvent comme une moyen d’expression privilégié. Lorsqu’ils ont quelque chose d’important à dire, les introvertis vont souvent préférer la sincérité et la justesse d’une lettre, plutôt qu’une longue discussion ou un coup de téléphone mal assurés. Il faut respecter aussi cette préférence, la parole étant un moyen de communication parmi d’autres.

  • L’art de l’introspection

C’est le fameux « intro », la préférence de se tourner vers l’intérieur. Les intro vivent beaucoup dans leur tête, leurs rêves, leurs pensées, ils sont capables de générer des arborescences de pensées et questions impressionnantes. Ils aiment se questionner sur le sens de leur vie, de la vie en général, ont une facilité à se remettre en question, un goût inné pour le développement personnel, une intuition forte, une sensibilité élevée. On les surprend plus souvent à être « dans la lune ». Ils aiment prendre le temps seul, au calme, pour réfléchir à une situation passée, une décision à prendre, etc. Cela en fait des personnes réfléchies et consciencieuses. Ce goût pour l’introspection est également une grande qualité de nos jours, dans cette société où tout va trop vite, où toutes nos habitudes sont ébranlées, où chacun est amené à réfléchir à sa façon de vivre et son impact.

Se rendre compte de toutes ces forces permet déjà un réel soulagement et un regain de confiance en soi, car ces qualités ne sont pas partagées par tout le monde et sont très importantes dans le relationnel. Beaucoup d’extravertis nous envient d’ailleurs certaines qualités qu’ils ont du mal à développer, notamment l’empathie, l’écoute attentive, la concentration, l’introspection… Être introverti n’empêche aucunement d’exercer certains métiers, tout nous est ouvert, seulement si on accepte ce tempérament et que l’on parvient à vivre avec sereinement. Bien sûr, notre besoin régulier de calme et de silence sera peut-être plus facile à trouver dans certains jobs plutôt que d’autres, certaines entreprises ou certains milieux.

Parmi les introvertis assumés, nous pouvons citer quelques acteurs connus, souvent très appréciés d’ailleurs, ce qui peut aider à relativiser et assumer ce tempérament : Vincent Lindon, Julia Roberts, Charlotte Gainsbourg, Marion Cotillard… Ils sont en général reconnus, sensibles, discrets, et ne font pas la une de la presse people et des réseaux sociaux!

5. Apprendre à mieux vivre avec son introversion : quelques ressources

Depuis les quelques années que je lis et étudie l’introversion, plusieurs ressources m’ont grandement aidée, que ce soit de la lecture, des audios ou des vidéos. Il n’en n’existe pas non plus énormément, car c’est un thème encore assez peu partagé.

  1. Blogs, ressources en ligne

Je citerais tout d’abord le blog qui m’a énormément appris et aidée, que je suis depuis plusieurs années, « un monde pour les introvertis » de Julien Prest.  Julien propose de nombreux contenus sur ce thème pour mieux vivre son introversion et l’accepter, son blog est très riche. Il propose un petit quizz à faire pour voir si l’on est plus ou moins introverti. Très utile de s’abonner à sa newsletter quotidienne, pour s’habituer à son style et sa façon d’écrire. Il y donne de précieux conseils et réflexions très intéressantes, impressionnant pour un contenu gratuit. Ensuite Julien propose une formation principale accompagnée, « introverti épanoui », véritable coaching sur le long terme pour y aller pas à pas et être solide dans sa vie en général, ainsi que d’autres formations plus courtes sur des thèmes plus ciblés (le domaine professionnel, les relations sentimentales, etc), ainsi que des audios quotidiens (les Déclics Confiance, auxquels je suis abonnée), qui abordent en 5-10 minutes un sujet précis avec des idées et conseils. Il a aussi créé un groupe privé Facebook où les membres peuvent échanger entre intro en toute tranquillité. Vous pouvez entrer facilement en contact par mail avec Julien, il se montre disponible et porté sur l’échange.

Je vous invite à aller sur son site : https://unmondepourlesintrovertis.fr/, pour vous abonner à la newsletter, faire le test et vous renseigner sur les formations ou contenus.

J’ai récemment découvert un nouveau venu sur la planète du « mieux vivre avec son introversion » en ligne, Stéphane Szmil, que je suivais depuis un moment pour d’autres sujets. Il a lancé une chaîne YouTube, « Vivre introverti » (https://www.youtube.com/channel/UCsv7L4lga-UKtu_EJ2970cQ), des mails privés, une communauté privée Facebook dont je suis membre (Les Introvertis rayonnants) ainsi qu’un premier guide sur l’introversion, « Le guide de l’introverti Rayonnant » (https://www.stephaneszmil.com/) qui sera suivi de plusieurs formations pour vivre l’introversion sereinement. J’aime beaucoup son travail en vidéos, sa spontanéité, sa fraîcheur, sa douceur et sa simplicité. Vous pouvez facilement entrer en contact avec lui, je vous invite à découvrir son travail.

  1. Lectures

Certaines lectures sur ce sujet sont également très intéressantes :

La force des discrets, de Susan Cain – le plus connu et la référence des lectures sur l’introversion

La revanche des discrets, de Sophia Dembling

Introverti et heureux, de Marti Olsen Laney

Je pense trop, de Christel Petitcollin (aussi sous l’angle de l’hypersensibilité)

En parallèle de l’introversion, je me suis aussi penchée sur le thème de l’hypersensibilité, encore assez peu connu en profondeur aujourd’hui. L’hypersensibilité (ou haute sensibilité, ou haut potentiel) concerne une grande partie des introvertis. Il est très intéressant d’approfondir ce sujet, et étant concernée, j’y consacrerai un futur article 🙂 J’ai également récemment découvert mon côté « multi-potentiel » et cette appétence, ce besoin profond même, à vouloir faire plein de métiers, avoir plein de projets en même temps, vouloir apprendre plein de choses, sans être forcément expert dans un seul domaine, et ayant des difficultés à trouver sa place. To be continued…

Un avis sur “Apprivoiser son introversion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :